[Traduit] Article en espagnol sur le CD de Hugh Laurie

Demander ou réaliser des traductions d'articles, d'extraits, d'interviews liés à la série Dr House

[Traduit] Article en espagnol sur le CD de Hugh Laurie

Messagepar Kerni » Dim 6 Mars 2011 08:29

Tenez pour changer, un peu d'espagnol :

Type de media : article sur le site de Warner Music Argentina
Sujet : Hugh Laurie - Let them talk
Source de l'article : http://warnermusic.com.ar/novedades.php?id=289


L'article est très long, je n'ai pas appris cette langue,mais je crois qu'il y a des choses intéressantes au moins dans les 2 paragraphes mis en gras. Pour le reste aucune idée. :/
Si vous comprenez certaines choses intéressantes dans cet article, vous pouvez poster ici. :)

HUGH LAURIE - LET THEM TALK
“No, no nací en Alabama… ni ninguna gitana maldijo a mi madre… Como si eso no fuera suficiente, encima soy un actor!!!:
Uno de esos bobos mimados ... incapaz de encontrar el camino al aeropuerto sin un asistente …. No me sorprendería encontrar tatuado algun carácter chino en mis nalgas… Y para peor de todo, acabo de romper la regla de oro … No comprás pescado en el dentista o le pedís al plomero consejo financiero, entonces… Por qué escuchar a un actor que canta?” Hugh Laurie

No, no es un “Houseismo”, es un auténtico Hugh Laurie. Cambiamos el clásico “Everybody Lies” (Todos Mienten) por “Let Them Talk” (Déjalos Hablar), veamos….

“Let Them Talk” es el primer álbum grabado por Hugh Laurie tras haber firmado con Warner Bros Records en 2010. Producido por Joe Henry y grabado en Los Angeles y New Orleans, el álbum es una celebración del blues de New Orleans, un genero que es para Hugh el músico, su verdadera “razón de ser”.

Hugh Laurie cuenta con 300 millones de visitas en You Tube, 18 millones de fans en Facebook (3°, atrás solo de Lady Gaga y Eminem) y una audiencia global de 81 millones de personas por House. La Música fue siempre medular. Desde su epifanía adolescente al oir Tipitina, se desarrolló como un músico experto, jugando un rol prominente e interpretandola en su trabajo en la pantalla, incluyendo A Bit of Fry & Laurie, Jeeves & Wooster y por supuesto House.

Espiritualmente inspirado por álbumes del género como el de Ry Cooder: ‘Buena Vista Social Club’ y la banda de sonido de T-Bone Burnett de ‘O’ Brother Where Art Thou’, este disco de Hugh Laurie llamado ‘Let Them Talk’ se compone de una extraordinaria selección de perlas del género, reconocidas voces y músicos legendarios que le dan forma a este trabajo.

Hugh recorre todo el álbum cantando al frente de su piano y en este viaje se le unen la Reina de New Orleans Irma Thomas, el supremo pianista Allen Toussaint, el inigualable Tom Jones y especialmente el gran héroe de toda su vida, la mismísima leyenda del genero: el inmenso Dr John en “After You’ve Gone”.

Este disco se lanza en Europa y en Argentina el próximo 9 de Mayo, y será apoyado por una serie de shows en Londres, Paris y Berlín, y un programa de TV especial que recorre el viaje musical de Hugh por New Orleans, con performances en vivo de Hugh y su banda, más invitados especiales que colaboraron en el proyecto, todo a filmarse en Kingsway Studios en el French Quarter el próximo 22 de marzo.

PERO MEJOR DEJEMOS QUE HUGH HABLE DE SU DISCO……..

“No nací en Alabama en 1890s. Puede que ya se hayan dado cuenta. No me he alimentado a base de granos, cosechado para un patrón, o montado en un vagón de tren. Ninguna gitana le vaticinó algo alguna vez a mi madre cuando nací, y no hay ningún perro demoníaco en mi camino… hasta donde sé.

Dejen que este disco muestre lo que en realidad soy: un inglés de clase media, transgrediendo abiertamente las melodías y la música del mítico sur americano.

Como si eso no fuera suficiente, encima soy un actor!!!: uno de esos bobos mimados que no ha ido ni siquiera a la panadería en más de una década y es incapaz de encontrar el camino al aeropuerto sin un asistente niñera. No me sorprendería encontrar que tengo tatuado algún carácter chino en mis nalgas. O en el hombro, da lo mismo.

Y para peor de todo, acabo de romper la regla de oro del arte, de la música y de mi carrera: los actores se supone que deben actuar y los músicos deben ocuparse de la música. Así es como funciona. No comprás pescado en el dentista o le pedís al plomero consejo financiero, entonces por que escuchar a un actor que canta?

La respuesta es: No hay respuesta. Si te importan el origen, la procedencia y la genealogía, entonces deberías buscar en otro lado, no tengo nada para ofrecerte, nada que te interese.

Empecé mis clases de piano a los 6 años con la Sra Hare. Ella debe haber sido una buena mujer, probablemente; pero en mis retorcidas memorias la recuerdo como una bruja verrugosa que me intimidaba con brasas ardientes llamadas Do-Re-Mi. Lo resistí por alrededor de 3 meses, machacando las teclas a través del “Libro Elemental del Piano Vol. 1”, hasta que llegamos a “Swanee River” de Stephen Foster.
(Ah, al pasar les cuento que Foster también fue un transgresor: nació en Pennsylvania y nunca en realidad estuvo en Swanee River, ni puso un solo pie en Florida, que adoptó la canción como su himno en 1935).

Ahora, difícilmente puedan decir que “Swanee River” es un blues tradicional, en una de sus primeras ediciones fue calificada como una “melodía etíope”, pero está mucho más cercano al género que las cancioncitas francesas y las danzas polacas que componían el resto del maldito libro.

Bueno, el día llegó, y la Sra Hare dio vuelta la página: “Swanee River” leyó, mirando a través de los anteojos que imagino para ella, 45 años después. Y luego, con una mueca en sus labios peludos continuó “‘Negro Spiritual - Slightly Syncopated. Oh Dios no!...” Con eso ella dio vuelta la página rápidamente y pasó a “Le Tigre Et L’Elephant” o a alguna otra infernal pesadilla, y con eso mi relación con la instrucción formal de la música terminó.

Y entonces, un día, una canción surgió en la radio, estoy convencido que fue “I Can’t Quit You Baby” por Willie Dixon, y toda mi vida cambió. Un pequeño agujero de gusano se abrió para mi y caí en el País de Las Maravillas. Desde entonces, el blues me ha hecho reír, llorar, bailar, co… bueh, este es un proyecto ATP, por lo que no puedo decir exactamente TODO lo que el blues me ha hecho hacer.

En el centro de este nuevo Reino Mágico, allá bien alto en la montaña (lo que muestra que tan poco sabía yo en ese entonces) se encontraba la ciudad de New Orleans. En mi imaginación repleta de balbuceantes melodías llenas de música, romance, alegría, desesperación; su ritmo penetraba en mi torpe mentalidad inglesa y me hacia sentir tan feliz… y tan triste, yo simplemente no sabia qué hacer conmigo mismo. New Orleans fue mi Jerusalén.

Ahora, la pregunta de por qué un inglés adolescente blandito fue tan profundamente tocado por la música que nació de la esclavitud y la opresión en otra ciudad, en otro continente, en otro siglo, es para que una docena de especialistas la contesten antes que yo: desde Korner a Clapton, desde los Stones hasta Jools Hollands. Digamos más fácil que simplemente sucede.

Durante la siguiente década, me devoré a todos los guitarristas que encontré: Charley Patton y Lead Belly, que fue un genio, como lo fueron también Skip James, Stripper Blackwell, todos los Blinds (Lemon Jefferson, Blake, Willie Johnson, Willie McTell), Son House, Lightnin’ Hopkins, Bo Diddley, Muddy Waters, y tantos más que estaríamos acá toda la noche nombrándolos.

Y luego vinieron los monumentales pianistas: Pete Johnson, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Roosevelt Sykes, Leroy Carr, Jelly Roll Morton, Champion Jack Dupree, Tuts Washington, Willie “The Lion” Smith, Otis Spann, Memphis Slim, Pinetop Perkins, Professor Longhair, James Booker, Allen Toussaint y el increíble Dr John.

Me inclino más al piano que a la guitarra porque se queda en un solo lugar, que es lo que más me gusta hacer. Las guitarras llevan a los pies a desplazarse incansablemente de un punto a otro. Me gusta estar sentado.

Y en cuanto a los cantantes, la lista es enorme, pero cito solo 2 nombres en ella: Ray Charles y Bessie Smith.

Estos tremendos artistas vivieron al día, todos ellos conociendo el precio de la hogaza de pan, y la mayoría pasaron momentos de gran escasez en su vida. Es decir, ellos tienen las verdaderas credenciales, y por ello los respeto tanto como a cualquier otro, posiblemente más.

Pero a la vez, no podria nunca soportar ver esta música confinada en una jaula de cristal, bajo el honorable nombre de la Cultura: “Solo Para Ser Manejada Por Respetables Ancianos De Color”. Así se cava la tumba, para el blues y para todo lo demás, para cualquier cosa. Shakespeare sólo siendo interpretado en el The Globe, Bach siendo solo tocado por alemanes circunspectos. Es una tremenda formalidad, y rezo para que Lead Belly nunca esté lo suficientemente muerto para garantizar que esto suceda.

Así que ésta es mi única credencial, mi tarjeta de presentacion, que espero que me lleve desde las cuerdas de terciopelo del escenario a sus corazones. Amo esta música, tan auténticamente como sé que se siente, y quisiera que ustedes la amen también. Y si ustedes sienten una centésima parte del placer que he obtenido de ella, estamos todos más allá de cualquier juego”. HUGH LAURIE -MARZO 2011.


“LET THEM TALK”

STANDARD ALBUM (with original artists)
“St. James Infirmary” (Louis Armstrong / Snooks Eaglin)
“You Don’t Know My Mind” (Lead Belly)
“Buddy Bolden’s Blues” (Jelly Roll Morton)
“The Whale Has Swallowed Me” (J.B.Lenoir)
“John Henry” (Memphis Slim / Snooks Eaglin)
“They’re Red Hot” (Robert Johnson)
“Six Cold Feet” (Leroy Carr)
“Joshua Fit The Battle Of Jericho” (Sister Rosetta Tharp)
“After You’ve Gone” (Bessie Smith /Fats Waller)
“Swanee River” (Ray Charles / Dr. John)
“Police Dog Blues” (Blind Blake)
“Tipitina” (Professor Longhair)
“Whining Boy Blues” (Jelly Roll Morton)
“Baby, Please Make A Change”(Mississippi Sheiks)
“Let Them Talk” (James Booker)

BONUS TRACKS
“Guess I’m A Fool” (Memphis Slim)
“It Ain’t Necessarily So”(Louis Armstrong)
“Low Down, Worried and Blue” (Dr. John)

LA BANDA
Jay Bellerose (drums)
David Piltch (bass)
Greg Leisz (guitar, dobro, mandolin)
Patrick Warren (keys)
Kevin Breit (guitar, tenor, mandolin)
With horns arranged by Allen Toussaint

GUEST VOCALS
Dr. John
Irma Thomas
Sir Tom Jones
Image
Avatar de l’utilisateur
Kerni
Membre du Staff
Membre du Staff
 
Messages: 3772
Enregistré le: Ven 21 Mars 2008 18:01
Localisation: Dans la chambre de Greg. ^^

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar housewife » Dim 6 Mars 2011 12:49

Kerni a écrit:Este disco se lanza en Europa y en Argentina el próximo 9 de Mayo, y será apoyado por una serie de shows en Londres, Paris y Berlín, y un programa de TV especial que recorre el viaje musical de Hugh por New Orleans, con performances en vivo de Hugh y su banda, más invitados especiales que colaboraron en el proyecto, todo a filmarse en Kingsway Studios en el French Quarter el próximo 22 de marzo.


Cette partie de l'interview, avec google trad (c'est la seule solution que j'ai en attendant les hispanistes), peut être traduite à peu près ainsi :

Cet album sortira en Europe et en Argentine le 9 mai prochain et sera soutenu par une série de spectacles à Londres, Paris et Berlin, et une émission de télévision spéciale qui exécute le parcours musical de Hugh de La Nouvelle-Orléans, avec des performances Hugh et son orchestre, ainsi que des invités spéciaux qui ont contribué au projet, tous filmés au Kingsway Studios dans le quartier français, le 22 Mars.
Image
Avatar de l’utilisateur
housewife
Maître de Conférences et PH
Maître de Conférences et PH
 
Messages: 801
Enregistré le: Jeu 4 Nov 2010 22:31
Localisation: Perdue dans les yeux de Laurie

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar gbspider » Dim 6 Mars 2011 12:50

En fait, je crois que c'est exactement le même article vu précédemment en anglais mais là il est en espagnol ...
It's a death trap, it's a suicide rap
We gotta get out while we're young
'Cause tramps like us, baby we were born to run
Avatar de l’utilisateur
gbspider
Chef de service
Chef de service
 
Messages: 515
Enregistré le: Ven 20 Août 2010 21:00
Localisation: Asbury Park

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar housewife » Dim 6 Mars 2011 12:58

C'est certainement ça. L'essentiel étant de savoir si oui ou non, ces concerts vont bien avoir lieu, et surtout quand !!

Voyons voir si des hispanophones nous confirment que c'est bien le même article. Moi aussi je suis bien curieuse de savoir ce qui s'y raconte !
Image
Avatar de l’utilisateur
housewife
Maître de Conférences et PH
Maître de Conférences et PH
 
Messages: 801
Enregistré le: Jeu 4 Nov 2010 22:31
Localisation: Perdue dans les yeux de Laurie

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar Nezih » Dim 6 Mars 2011 13:09

Je crois que c'est celui-là. Le site allemand l'a traduit en anglais. ça sera plus facile pour nous...
http://www.drhouse-forum.de/gregory-house-hugh-laurie/hugh-laurie-blues-album-release-let-them-talk-mai-2011-single-you-dont-know-my-mind-t716.html
“Let Them Talk” is the first album to be recorded by Hugh Laurie after signing to Warner Bros Records in 2010. Produced by Joe Henry and recorded in Los Angeles and New Orleans, the album is a celebration of New Orleans blues, a genre that drives Hugh’s musical raison d’être.

Spiritually inspired by similar genre albums like Ry Cooder’s ‘Buena Vista Social Club’ and T-Bone Burnett’s ‘O’ Brother Where Art Thou’ soundtrack, Hugh’s ‘Let Them Talk’ recordings bring together an extraordinary selection of heritage tracks, renowned musicians and vocal legends to champion this much neglected body of work.

Hugh drives the whole album on piano and vocals and is joined in the studio by the ‘Queen of New Orleans’ herself, Irma Thomas, blues piano and horns supremo Allen Toussaint, vocal legend Sir Tom Jones and in an especially momentous collaboration on ‘After You’ve Gone’ by his lifelong hero Dr. John.

Released on May 9th in Europe, the album launch will be supported by live shows in London, Paris and Berlin and a television special following Hugh’s musical journey to New Orleans and featuring the performances of much of the album filmed at Kingsway Studios in the French Quarter along with Hugh’s band and his incredible collaborators.

But the album is best explained by Hugh himself……..

I was not born in Alabama in the 1890s. You may as well know this now. I’ve never eaten grits, cropped a share, or ridden a boxcar. No gypsy woman said anything to my mother when I was born and there’s no hellhound on my trail, as far as I can judge. Let this record show that I am a white, middle-class Englishman, openly trespassing on the music and myth of the American south.


If that weren’t bad enough, I’m also an actor: one of those pampered ninnies who hasn’t bought a loaf of bread in a decade and can’t find his way through an airport without a babysitter. I wouldn’t be surprised to find that I’ve got some Chinese characters tattooed on my arse. Or elbow. Same thing.

Worst of all, I’ve broken a cardinal rule of art, music, and career paths: actors are supposed to act, and musicians are supposed to music. That’s how it works. You don’t buy fish from a dentist, or ask a plumber for financial advice, so why listen to an actor’s music?

The answer is – there is no answer. If you care about provenance and genealogy, then you should try elsewhere, because I have nothing in your size.

I started piano lessons at the age of 6 with Mrs Hare. She was a nice woman, probably; but in my twisted childhood memory I have cast her as a warty thug who bullied me across the hot coals of do-re-mi. I stuck it for about three months, grinding through Elementary Piano Book One until we reached Swanee River by Stephen Foster. (Foster, as it happens, was also a trespasser. Born in Pennsylvania, he never saw the actual Suwannee River – nor did he set foot in Florida, which adopted the song as its state anthem in 1935. I’m just saying.)

Now you could hardly call Swanee River a blues song - in one of its earliest editions, the score was sold as “An Ethiopian Melody” - but it’s a lot closer than the French lullabys and comical Polish dances that made up the rest of that hellish book.

The day arrived, and Mrs Hare turned the page: “Swanee River”, she read, peering through the pince-nez that I have imagined for her, 45 years later. And then, with a curl of her hairy lip, she read the subtitle: “ ‘Negro Spiritual - Slightly Syncopated.’ Oh dear me no.….”. With that, she flicked the page to Le Tigre Et L’Elephant, or some other unholy nightmare, and my relationship with formal music instruction ended.

And then one day a song came on the radio – I’m pretty sure it was I Can’t Quit You Baby by Willie Dixon – and my whole life changed. A wormhole opened between the minor and major third, and I stepped through into Wonderland. Since then, the blues have made me laugh, weep, dance… well, this is a family record, and I can’t tell you all the things the blues can make me do.

At the centre of this magical new kingdom, high on a hill (which shows you how little I knew back then), stood the golden city of New Orleans. In my imagination, it just straight hummed with music, romance, joy, despair; its rhythms got into my gawky English frame and, at times, made me so happy, and sad, I just didn’t know what to do with myself. New Orleans was my Jerusalem. (The question of why a soft-handed English schoolboy should be touched by music born of slavery and oppression in another city, on another continent, in another century, is for a thousand others to answer before me: from Korner to Clapton, the Rolling Stones to the Joolsing Hollands. Let’s just say it happens.)

Over the next decade, I consumed all the guitarists I could find: Charley Patton and Lead Belly, who was a genius, as was Skip James, Scrapper Blackwell, all the Blinds (Lemon Jefferson, Blake, Willie Johnson, Willie McTell), Son House, Lightnin’ Hopkins, Bo Diddley, Muddy Waters and so many more that we’d be here all night just naming a tenth of them.

And then there were the towering piano players: Pete Johnson, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Roosevelt Sykes, Leroy Carr, Jelly Roll Morton, Champion Jack Dupree, Tuts Washington, Willie “The Lion” Smith, Otis Spann, Memphis Slim, Pinetop Perkins, Professor Longhair, James Booker, Allen Toussaint and Dr John.

I tended to favour the piano over the guitar because it stays in one place, which is what I like to do. Guitars appeal to the footloose, the restless. I like sitting a lot.

As for singers, that’s a huge list, with only two names on it: Ray Charles and Bessie Smith.

These great and beautiful artists lived it as they played it: all of them knew the price of a loaf of bread and most had times in their lives when they couldn’t scrape it together. They had credentials, in other words, and I respect those as much as the next man, possibly more.

But at the same time, I could never bear to see this music confined to a glass cabinet, under the heading Culture: Only To Be Handled By Elderly Black Men. That way lies the grave, for the blues and just about everything else; Shakespeare only performed at The Globe, Bach only played by Germans in tights. It’s formaldehyde, and I pray that Lead Belly will never be dead enough to warrant that.

So that’s my only credential - my one dog-eared ID card that I hope will get me through the velvet ropes and into your heart. I love this music, as authentically as I know how, and I want you to love it too. And if you get a thousandth of the pleasure from it that I’ve had, we’re all ahead of the game


Dites-moi si c'est le bon :)
Avatar de l’utilisateur
Nezih
Membre du Staff
Membre du Staff
 
Messages: 869
Enregistré le: Mer 28 Oct 2009 22:21
Localisation: Princeton Plainsboro Teaching Hospital

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar housewife » Dim 6 Mars 2011 13:12

Ouais cool, je sens qu'on s'approche...
Place à la formidable équipe de house-com.fr !
Image
Avatar de l’utilisateur
housewife
Maître de Conférences et PH
Maître de Conférences et PH
 
Messages: 801
Enregistré le: Jeu 4 Nov 2010 22:31
Localisation: Perdue dans les yeux de Laurie

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar Arumbaya » Dim 6 Mars 2011 13:15

Je me dépatouille un peu de l'Espagnol, si vous me laissez un peu de temps je m'en occupe.
"Eat, sleep, translate !"
Avatar de l’utilisateur
Arumbaya
Membre du Staff
Membre du Staff
 
Messages: 1300
Enregistré le: Mar 5 Mai 2009 11:39
Localisation: Se prépare à attaquer la Houseposie...

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar House_Addict » Dim 6 Mars 2011 15:57

Traînant très régulièrement sur le forum et ayant quelques connaissances en espagnol, j'ai décidé de me lancer dans la traduction de cet article (ma première traduction d'article).
C'est loin d'être parfait et vous pourrez sans doute constater que j'ai eu quelques difficultés à traduire certains passages, notamment à la fin.
Mais je tenais à participer, donc voici et même si des corrections seront nécessaires, je pense que ça donne un assez bon aperçu.

« Non, non, je ne suis pas né en Alabama... Aucune gitane n'a maudit ma mère... Et comme si cela ne suffisait pas, je suis acteur en plus ! Un de ces sots gâtés... Incapable de trouver son chemin à l'aéroport sans une assistante... Je ne serai pas surpris de trouver un caractère chinois tatoué sur mes fesses... Et le pire tout, je viens juste de rompre la règle d'or... Vous n'achetez pas de poisson chez le dentiste et ne demandez pas de conseils financiers à un plombier... Pourquoi écouter un acteur chanter ? » Hugh Laurie.

Non ce n'est pas un Housien, c'est un véritable Hugh Laurie. Nous avons changé le classique « Everybody Lies » pour « Let them talk », nous allons voir ...

« Let them talk » est le premier album enregistré de Hugh Laurie, après avoir signé avec Warner Bros Records en 2010. Produit par Joe Henry et enregistré à Los Angeles et à la Nouvelle Orléans, l'album est une célébration du blues de la Nouvelle Orléans, un genre qui est pour Hugh le musicien, sa véritable "raison d'être".

Hugh Laurie compte 300 millions de visites du YouTube, 18 millions de fan sur Facebook (3ème, juste derrière Lady Gaga et Eminem), et une audience mondiale de 81 millions pour House. La musique a toujours été médullaire. Depuis son adolescence où il a entendu Tipitina, il s'est développé comme un musicien habile, jouant un rôle au premier plan et interprétant dans son travail à l'écran, incluant A Bit of Fry & Laurie, Jeeves & Wooster et bien sûr, House. Spirituellement inspiré d'albums tels que ceux Ry Cooder "Buena Vista Social CLub" et la bande son de T-Bone Burnett de 'O' Brother Where Art Thou, ce disque de Hugh Laurie appelé "Let them talk" se compose d'une vaste sélection de perles du genre, de voix reconnues et de musiciens de légende qui donnent forme à ce travail.

Hugh enregistre l'album en chantant devant son piano et ce voyage se voit rejoint par la reine de la Nouvelle Orléans, Irma Thomas, le suprême pianiste Allen Toussaint, l'incomparable Tom Jones et surtout, le grand héros de toute sa vie, la légende du genre : l'immense Dr John dans "After You've Gone".

Ce disque sera lancé en Europe et en Argentine le 9 mai prochain, et sera soutenu par une série de spectacles à Londres, Paris et Berlin, et une émission de TV spéciale qui enregistre le parcours musical de Hugh à la Nouvelle Orléans, avec des performances de Hugh et son orchestre, ainsi que des invités spéciaux qui ont collaboré pour la projet, le tout filmé à Kingsway Studios dans le quartier français le 22 mars prochain.

Mais nous dirons qu'il n'y a pas meilleur que Hugh pour parler de son disque.

« Je ne suis pas né en Alamama dans les années 1890. Vous avez du vous en rendre compte. Je n'ai pas été nourri à base de grain, récolté pour un patron ou monté sur un wagon de train. Aucune gitane a prédit quelque chose à ma mère quand je suis né, et il n'y a aucun chien démoniaque sur mon chemin ... à ma connaissance. "

Ce disque montre clairement ce que je suis : un anglais de classe moyenne, transgressant ouvertement les mélodies et la musique du mythique Sud américain.

Comme si cela ne suffisait pas, en plus je suis acteur ! Un de ces sots gâtés, qui n'est même pas allé à la boulangerie depuis une décennie et qui est incapable de trouver son chemin à l'aéroport sans une aide-soignante. Je ne suis pas surpris de constater que j'ai un caractère chinois tatoué sur mes fesses. Ou sur mon épaule, peu importe.

Et le pire de tout, je viens juste de rompre la règle d'or de l'art, de la musique et de ma carrière : les acteurs sont supposés agir et les musiciens doivent s'occuper de la musique. Voilà comment ça fonctionne. Vous n'achetez pas du poisson chez le dentiste ou ne demandez pas un conseil financier à un plombier, alors pourquoi écouter un acteur chanter ?

La réponse est : il n'y a pas de réponse. Si vous accordez de l'importance à l'origine, la provenance et la généalogie, alors vous devriez aller voir ailleurs, je n'ai rien à vous offrir, rien qui vous intéresserez.

J'ai commencé mes leçons de piano à l'age de 6 ans avec Sra Hare. C'était quelqu'un de bien, probablement; mais dans mes souvenirs tordus, je me souviens d'elle comme une sorcière verruqueuse qui m'intimidait avec des charbons ardents appelés Do-Ré-Mi. J'ai résisté pendant environ 3 mois, martelant les touches à travers le "Livre élémentaire de piano volume 1" jusqu'à ce que nous arrivions à "Swanee River" de Stephen Foster. (Je suis au regret de vous dire que Foster fut aussi un délinquant : il naquit en Pennsylvania et n'a jamais vraiment été à Swanee River, ni même posé un seul pied en Floride, qui adopta la chanson comme hymne en 1935.)

Maintenant, on peut difficilement dire que "Swanee River" est un blues traditionnel, qui était dans une de ses premières années qualifiée comme une "mélodie éthiopienne", mais c'est beaucoup plus proche du genre des chansonnettes françaises et ses danses polonaises qui composent le reste du livre maudit.

Le jour est arrivé et Sra Hare a tourné la page : "Swanee River" a t-elle lu, regardant au travers de lunettes que j'imagine pour elle, 45 ans plus tard. Et puis, avec un sourire sur ses lèvres velues, elle a continué “‘Negro Spiritual - Slightly Syncopated". Oh mon Dieu non ! Sur ce, elle a rapidement tourné la page et est passée à "Le tigre et l'éléphant" ou à un autre cauchemar infernal, et avec ça, ma relation avec l'instruction officielle de la musique se termina.

Et alors un jour, une chanson est venue à la radio - je suis sûr que c'était "I Can't Quit You Baby" de Willie Dixon - et toute ma vie changea. Un petit trou de ver s'est ouvert pour moi et je suis tombé au pays des Merveilles. Depuis lors, le blues m'a fait rire, pleurer, danser, co .. il s'agit d'un projet de l'ATP, alors je ne peux pas vous dire ce que le blues m'a fait faire.

Au cœur de cette nouvelle Magic Kingdom, bien haut dans la montagne (ce qui montre combien j'en savais peu à l'époque), se trouvait la ville de la Nouvelle Orléans. Dans mon imagination pleine de mélodies babillantes, pleine de musique, romance, joie, désespoir; son rythme pénétrait dans mon esprit anglais maladroit et m'a fait me sentir si heureux ... et si triste, je ne savais simplement pas quoi faire avec moi-même. La Nouvelle Orléans a été ma Jérusalem.

Maintenant, la question de savoir pourquoi un adolescent anglais bancal a été profondément touché par la musique qui est née de l'esclavage et de l'oppression dans une autre ville, un autre continent, dans un autre siècle, c'est pour qu'une douzaine de de spécialistes répondent devant moi : depuis Korner à Clapton, depuis les Stones jusqu'à Jools Hollands. Disons simplement que ça s'est passé.

Durant la décennie qui a suivie, j'ai dévoré tous les guitaristes que j'ai rencontré : Charley Patton et Lead Belly, qui fut un génie,comme le furent aussi Skip James, Stripper Blackwell, tous les Blinds (Lemon Jefferson, Blake, Willie Johnson, Willie McTell), Son House, Lightnin’ Hopkins, Bo Diddley, Muddy Waters, et bien d'autres qui nécesseciteraient toute la nuit pour pouvoir les nommer.

Et puis vinrent les pianistes monumentaux : Pete Johnson, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Roosevelt Sykes, Leroy Carr, Jelly Roll Morton, Champion Jack Dupree, Tuts Washington, Willie “The Lion” Smith, Otis Spann, Memphis Slim, Pinetop Perkins, Professor Longhair, James Booker, Allen Toussaint et l'incroyable Dr John.

Je me penche plus sur le piano que sur la guitare parce qu'il reste dans un seul endroit, ce que j'aime faire. Les guitares amènent les pieds à se déplacer inlassablement d'un point à un autre. J'aime être assis.

En ce qui concerne les chanteurs, la liste est énorme, mais je citerai seulement deux noms sur elle : Ray Charles et Bessie Smith.

Ces terribles artistes vécurent un jour, chacun d'entre eux a connu le prix d'une miche de pain et la majorité passa des moments de grande disette dans leur vie. Autrement dit, ils ont les véritables créances, et par cela, je les respecte autant que tout autre, si ce n'est plus.

Mais là encore, je n'ai jamais pu supporter de voir cette musique confinée dans une cage de cristal, sous le nom honorable de Culture "Seulement pour être maniée par des respectables hommes de couleur". Ainsi se creuse la tombe, pour la blues et tout le reste, pour n'importe quelle raison. Seul Shakespeare continue à interpréter dans The Globe, seul Bach continue à toucher pour des allemands attentifs. C'est une énorme formalité, et je prie pour que Lead Belly n'est jamais eu suffisamment de morts pour garantir que cela arrive.

Donc, ceci est mon unique identification, ma carte de visite, qui je l'espère, me permettra de passer à travers les cordes de velours et dans vos cœurs. J'aime cette musique, aussi authentique comme je sais qu'elle se sent, et je voudrai que vous l'aimiez aussi. Et si vous sentez un centième de la part de plaisir que j'ai acquise d'elle, nous sommes tous au-delà de n'importe quel jeu. » Hugh Laurie, Mars 2011.
Modifié en dernier par House_Addict le Dim 6 Mars 2011 21:06, modifié 2 fois.
House_Addict
Plus grand fan du Huddy
Plus grand fan du Huddy
 
Messages: 707
Enregistré le: Dim 22 Mars 2009 16:29
Localisation: Somewhere in Princeton-Plainsboro hospital.

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar Isabelle » Dim 6 Mars 2011 20:41

Mon Dieu qu'il écrit bien, que c'est émouvant, touchant et bouleversant :heart:
Merci pour cette traduction au combien fascinante . J'aime particulièrement le dernier paragraphe .
Image
Si ça touche quelques personnes, si ça mène des gens vers une route qui m'a donné tant de plaisir dans ma vie. Ce sera un grand honneur. HL
Avatar de l’utilisateur
Isabelle
Praticien Hospitalier
Praticien Hospitalier
 
Messages: 302
Enregistré le: Mar 25 Jan 2011 00:01
Localisation: Paris

Re: [à traduire] Article en espagnol sur le CD de Hugh Lauri

Messagepar Arumbaya » Dim 6 Mars 2011 21:09

J'ai corrigé quelques petites erreurs dans la traduction de House_Addict.

« Non, non, je ne suis pas né en Alabama... Aucune gitane n'a maudit ma mère... Et comme si cela ne suffisait pas, je suis acteur en plus ! Un de ces sots gâtés... Incapable de trouver son chemin à l'aéroport sans une assistante... Je ne serais pas surpris de trouver un caractère chinois tatoué sur mes fesses... Et le pire de tout, je viens juste de rompre la règle d'or... Vous n'achetez pas de poisson chez le dentiste et ne demandez pas de conseils financiers à un plombier donc... Pourquoi écouter un acteur chanter ? » Hugh Laurie.

Non ce n'est pas un Housisme, c'est du véritable Hugh Laurie. Nous passons du classique « Everybody Lies » au « Let them talk », nous verrons bien ...

« Let them talk » est le premier album enregistré de Hugh Laurie, après avoir signé avec Warner Bros Records en 2010. Produit par Joe Henry et enregistré à Los Angeles et à la Nouvelle Orléans, l'album est une célébration du blues de la Nouvelle Orléans, un genre qui est pour Hugh le musicien, sa véritable "raison d'être".

Hugh Laurie compte 300 millions de visites sur YouTube, 18 millions de fans sur Facebook (3ème, juste derrière Lady Gaga et Eminem), et une audience mondiale de 81 millions pour House. La musique a toujours été médullaire/essentielle. Depuis la révélation qu’il a eu en entendant Tipitina durant son adolescence, il s'est révélé musicien habile, jouant un rôle au premier plan et jouant de la musique dans son travail à l'écran, incluant A Bit of Fry & Laurie, Jeeves & Wooster et bien sûr, House.
Spirituellement inspiré d'albums tels que ceux Ry Cooder "Buena Vista Social CLub" et la bande son de T-Bone Burnett de « O' Brother Where Art Thou », ce disque de Hugh Laurie, intitulé "Let them talk" se compose d'une vaste sélection de perles du genre, de voix reconnues et de musiciens de légende qui donnent forme à ce travail.

Hugh enregistre l'album en chantant devant son piano et ce voyage se voit rejoint par la reine de la Nouvelle Orléans, Irma Thomas, le suprême pianiste Allen Toussaint, l'incomparable Tom Jones et surtout, le grand héros de toute sa vie, la légende du genre : l'immense Dr John dans "After You've Gone".

Ce disque sera lancé en Europe et en Argentine le 9 mai prochain, et sera soutenu par une série de spectacles à Londres, Paris et Berlin, et une émission de TV spéciale qui trace le parcours musical de Hugh à la Nouvelle Orléans, avec des performances de Hugh et son orchestre, ainsi que des invités spéciaux qui ont collaboré pour le projet, le tout filmé à Kingsway Studios dans le Quartier Français le 22 mars prochain.

Mais nous dirons qu'il n'y a pas mieux que Hugh pour parler de son disque.

« Je ne suis pas né en Alamama dans les années 1890. Vous avez du vous en rendre compte. Je n'ai pas été nourri à base de grain, récolté pour un patron ou chargé dans un wagon de train. Aucune gitane n’a prédit quelque chose à ma mère quand je suis né, et il n'y a aucun chien démoniaque sur mon chemin ... à ma connaissance. "

Ce disque montre clairement ce que je suis : un anglais de classe moyenne, transgressant ouvertement les mélodies et la musique du mythique Sud américain.

Comme si cela ne suffisait pas, en plus je suis acteur ! Un de ces sots gâtés, qui n'est même pas allé à la boulangerie depuis une décennie et qui est incapable de trouver son chemin à l'aéroport sans une aide-soignante. Je ne serais pas surpris de trouver un caractère chinois tatoué sur mes fesses. Ou sur mon épaule, peu importe.

Et le pire de tout, je viens juste de rompre la règle d'or de l'art, de la musique et de ma carrière : les acteurs sont supposés jouer et les musiciens doivent s'occuper de la musique. Voilà comment ça fonctionne. Vous n'achetez pas du poisson chez le dentiste ou ne demandez pas un conseil financier à un plombier, alors pourquoi écouter un acteur chanter ?

La réponse est : il n'y a pas de réponse. Si vous accordez de l'importance à l'origine, la provenance et la généalogie, alors vous devriez aller voir ailleurs, je n'ai rien à vous offrir, rien qui vous intéresserait.

J'ai commencé mes leçons de piano à l'age de 6 ans avec Mme Hare. C'était quelqu'un de bien, probablement; mais dans mes souvenirs tordus, je me souviens d'elle comme une sorcière pleine de verrues qui m'intimidait avec des charbons ardents appelés Do-Ré-Mi. J'ai résisté pendant environ 3 mois, martelant les touches à travers le "Livre élémentaire de piano volume 1" jusqu'à ce que nous arrivions à "Swanee River" de Stephen Foster. (Je suis au regret de vous dire que Foster fut aussi un délinquant : il naquit en Pennsylvania y n'a jamais vraiment été à Swanee River, ni même posé un seul pied en Floride, qui adopta la chanson comme hymne en 1935.)

Maintenant, on peut difficilement dire que "Swanee River" est un blues traditionnel, qui était dans une de ses premières années qualifiée comme une "mélodie éthiopiennes", mais c'est beaucoup plus proche du genre des chansonnettes françaises et ses danses polonaises qui composent le reste du livre maudit.

Le jour est arrivé et Mme Hare a tourné la page : "Swanee River" a t-elle lu, regardant au travers de lunettes que j'imagine pour elle, 45 ans plus tard. Et puis, avec un sourire sur ses lèvres velues, elle a continué “‘Negro Spiritual - Slightly Syncopated". Oh mon Dieu non ! Sur ce, elle a rapidement tourné la page et est passée à "Le tigre et l'éléphant" ou à un autre cauchemar infernal, et avec ça, ma relation avec l'instruction officielle de la musique se termina.

Et alors un jour, une chanson est passée à la radio - je suis sûr que c'était "I Can't Quit You Baby" de Willie Dixon - et toute ma vie changea. Un petit trou de ver s'est ouvert pour moi et je suis tombé au pays des Merveilles. Depuis lors, le blues m'a fait rire, pleurer, danser, co .. il s'agit d'un projet de l'ATP, alors je ne peux pas vous dire tout ce que le blues m'a fait faire.

Au cœur de ce nouveau royaume enchanté, bien haut dans la montagne (ce qui montre combien j'en savais peu à l'époque), se trouvait la ville de la Nouvelle Orléans. Dans mon imagination pleine de mélodies babillantes, pleine de musique, romance, joie, désespoir; son rythme pénétrait dans mon esprit anglais maladroit et m'a fait me sentir si heureux ... et si triste, je ne savais simplement pas quoi faire avec moi-même. La Nouvelle Orléans a été ma Jérusalem.

Maintenant, la question de savoir pourquoi un adolescent anglais bancal a été profondément touché par la musique qui est née de l'esclavage et de l'oppression dans une autre ville, un autre continent, dans un autre siècle, c'est pour qu'une douzaine de spécialistes répondent devant moi : depuis Korner à Clapton, depuis les Stone jusqu'à Jools Hollands. Disons simplement que ça s'est passé.

Durant la décennie qui a suivie, j'ai dévoré tous les guitaristes que j'ai rencontré : Charley Patton et Lead Belly, qui fut un génie comme le furent aussi Skip James, Stripper Blackwell, tous les Blinds (Lemon Jefferson, Blake, Willie Johnson, Willie McTell), Son House, Lightnin’ Hopkins, Bo Diddley, Muddy Waters, et bien d'autres qui nécessiteraient toute la nuit pour pouvoir les nommer.

Et puis vinrent les pianistes monumentaux : Pete Johnson, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Roosevelt Sykes, Leroy Carr, Jelly Roll Morton, Champion Jack Dupree, Tuts Washington, Willie “The Lion” Smith, Otis Spann, Memphis Slim, Pinetop Perkins, Professor Longhair, James Booker, Allen Toussaint et l'incroyable Dr John.

Je me penche plus sur le piano que sur la guitare parce qu'il reste dans un seul endroit, ce que j'aime faire. Les guitares amènent les pieds à se déplacer inlassablement d'un point à un autre. J'aime être assis.

En ce qui concerne les chanteurs, la liste est énorme, mais je citerai seulement deux noms sur elle : Ray Charles et Bessie Smith.

Ces fantastiques artistes vécurent un jour, chacun d'entre eux a connu le prix d'une miche de pain et la majorité passa des moments de grande disette dans leur vie. Autrement dit, ils ont les véritables créances, et par cela, je les respecte autant que tout autre, si ce n'est plus.

Mais là encore, je n'ai jamais pu supporter de voir cette musique confinée dans une cage de cristal, sous le nom honorable de Culture "Seulement pour être maniée par des respectables hommes de couleur". Ainsi se creuse la tombe, pour le blues et tout le reste, pour n'importe quelle raison. Seul Shakespeare continue à interpréter dans The Globe, seul Bach continue à toucher pour des allemands attentifs. C'est une énorme formalité, et je prie pour que Lead Belly ne soit pas suffisamment mort pour que cela arrive.

Donc, ceci est mon unique identification, ma carte de visite, qui je l'espère, me permettra de passer à travers les cordes de velours de la scène et dans vos cœurs. J'aime cette musique, aussi authentique que comme je sais qu'elle se sent, et je voudrais que vous l'aimiez aussi. Et si vous sentez un centième de la part de plaisir que j'ai obtenue d'elle, nous sommes tous au-delà de n'importe quel jeu. » Hugh Laurie, Mars 2011.
"Eat, sleep, translate !"
Avatar de l’utilisateur
Arumbaya
Membre du Staff
Membre du Staff
 
Messages: 1300
Enregistré le: Mar 5 Mai 2009 11:39
Localisation: Se prépare à attaquer la Houseposie...

Re: [Traduit] Article en espagnol sur le CD de Hugh Laurie

Messagepar House_Addict » Dim 6 Mars 2011 21:37

Merci pour la correction ;) .
House_Addict
Plus grand fan du Huddy
Plus grand fan du Huddy
 
Messages: 707
Enregistré le: Dim 22 Mars 2009 16:29
Localisation: Somewhere in Princeton-Plainsboro hospital.


Retour vers Salle de traduction

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

cron